Méthode Multimalin de Matthieu Protiin - tables de multiplication

Multimalin : apprendre ses tables de multiplication en se racontant des histoires !

« Imaginez que vous devez retenir le 06 10 51 75 22. Si vous êtes fan de foot, Zidane est parfait pour le numéro 10 (ou Platini, pour les plus anciens). Un Pastis se marie avec le 51 et, pour un parisien la tour Eiffel s’associe facilement avec le chiffre 75. Je visualise Zizou en train de boire un Pastis et qui décide de grimper en haut de la tour Eiffel, comme King Kong, avant de regarder d’en haut la police (22) qui l’interpelle, et j’ai l’image du numéro de téléphone », indiquait au Figaro Sébastien Martinez, l’un des champions français de la mémoire, à l’occasion d’un article publié en 2015.

C’est cette même technique de mémorisation que Matthieu Protin, ancien professeur des écoles, a adaptée pour concevoir sa méthode Multimalin.

Dans le cahier d’activité qui représente l’un des trois éléments du pack complet (d’autres packs existent également), le personnage « x », qui se prénomme Multix, explique que les champions de la mémoire transforment, « dans leur tête », les chiffres en objets ou personnages afin de se raconter une histoire. Et d’interpeller les enfants : « Eh bien toi aussi, tu vas utiliser cette stratégie de mémorisation. Et tu deviendras un champion des tables ! Par exemple, pour mémoriser 7×9=63, le 7 devient un plongeoir, le signe x c’est moi ! Le 9 devient un bonhomme avec une tête d’œuf. Le signe = est symbolisé par les vagues de la piscine. Le 9, en plongeant en arrière, se retourne pour devenir un 6. Et comme le 6 se cogne la tête, il se fait des bosses en forme de 3, ce qui fait 63 ! »

Une méthode de visualisation d’images mentales

Vous l’aurez compris, l’idée est de se créer des images mentales. Des images mentales amusantes qui aideront à la mémorisation des tables. À chaque multiplication, un lieu et une image différente, avec des chiffres qui prennent vie et à qui ils arrivent des histoires pour le moins rocambolesques !

Après une entrée dans la mémorisation par des vidéos, les enfants complètent leur apprentissage à l’aide d’un cahier d’apprentissage et d’un jeu de cartes.

Pour que l’enfant progresse dans son apprentissage des tables, la méthode préconise de suivre les étapes suivantes :

  1. repérage d’une multiplication non mémorisée,
  2. création des images mentales de la multiplication à mémoriser grâce aux animations vidéos et au cahier,
  3. mémorisation grâce aux exercices d’entraînement du cahier,
  4. révision à l’aide du jeu de cartes
Deux pages du cahier d’apprentissage Multimalin

Le pack complet comprend :

  • Un cahier d’apprentissage de 60 pages avec, à chaque page, une saynète dessinée et décrite accompagnée d’exercices et de coloriages. Ce livret, qui indique comment utiliser la méthode et rappelle ce qu’est la commutativité, contient également un poster détachable.
  • Un dvd qui offre les mêmes saynètes sous forme de dessin animé.
  • Un jeu de 56 cartes qui permet de réviser tout ce qui a préalablement été mémorisé.

Une méthode plébiscitée mais pas adaptée à tous les profils

Cette méthode innovante semble très appréciée. Les avis que l’on peut lire en ligne et sur les réseaux sociaux sont, en très grande majorité, élogieux. Parmi les commentaires, certains toutefois sont plus critiques.

En fouillant avis et commentaires des internautes, en interrogeant les abonnés de 6foisplus et en posant des questions à mes « amis » Facebook, voici ce qui ressort :

  • Les commentaires sont globalement très positifs. « Mes enfants adorent, même ma fille qui est au CP connaît ses tables, elle a appris avec son frère qui est au CE2. La méthode a été radicale pour mon fils qui avait du mal à retenir ses tables », indique un avis posté sur le site de Mulimalin. 
  • Les commentaires sont souvent élogieux lorsqu’il s’agit d’enfants présentant des troubles Dys. Dans leur cas, cette méthode est parfois décrite comme providentielle ! Parmi les avis que j’ai pu collecter, celui-ci est emblématique : « Ma puce avait 9 ans, dysphasie complexe : elle a appris en 30 minutes chrono toutes ses tables. Aujourd’hui elle a 14 ans, et les connaît toujours aussi bien. » « Les chiffres sont confus pour eux. Avec Multimalin, les chiffres prennent corps. La méthode fonctionne très bien dans le cas des troubles Dys », me confiait Matthieu Protin lors d’une interview qu’il m’a accordée début 2019.
  • Les enfants qui aiment se raconter des histoires peuvent être également séduits par la méthode. « Côté profil, ma fille est très rêveuse, elle s’invente beaucoup d’histoires donc la méthode lui plaît », m’a indiqué une maman sur Facebook.

Quid des aspect négatifs ?

  • Certains parents et enfants n’apprécient pas les illustrations. Certaines sont jugées laides, d’autres font peur, surtout elles sont parfois perçues comme trop denses, colorées, confuses ou peu claires. Parmi les commentaires que j’ai reçus, celui-ci atteste cette position : « Testé avec mon aîné qui n’a pas du tout adhéré. Dessins trop complexes pour lui, trop de détails visuels et d’explications dans les phrases qui l’ont perdu. » « Même si je suis enthousiaste à l’idée d’apprendre au moyen d’images, ma fille trouve les histoires du livre sans intérêt et « n’accroche » pas sur les illustrations. Elle dit que ce livre la prend pour une imbécile », peut-on lire sur le site de la Fnac. Pour autant, une partie de ces utilisateurs critiques trouvent malgré tout la méthode utile.
  • Les vidéos sont parfois jugées trop courtes ou trop rapides et nécessitent d’être visionnées plusieurs fois.
  • Des enfants retiennent l’histoire mais pas le résultat.

Ainsi, certains parents ont été déçus de la méthode mais la majorité semble satisfaite. « Testé avec mon fils : en 15 jours il connaissait toutes les tables ! Je lui ai proposé les vidéos pour qu’il visualise les histoires puis les cartes pour les ancrer dans sa mémoire en jouant ! il y a aussi un poster qu’on a affiché dans les toilettes », souligne l’un des parents qui a accepté de me donner son avis sur la méthode Multimalin.

Les professionnels – enseignants, orthophonistes, psychologues ou coachs – constatent, pour leur part, que la méthode peut apporter un vrai plus. « Certains de mes patients adorent. Notamment un qui a un déficit attentionnel. L’aspect ludique lui a fait mémoriser la table de 7 en une demi-heure. La maman m’a envoyé un SMS tellement elle en était sidérée », m’a-t-on indiqué.

« Cette méthode vivante, imagée, sollicite l’engagement actif des élèves de par son aspect ludique. Ceci permet une meilleure mobilisation de l’attention et donc une mémorisation plus efficace. De plus, cette méthode ne fait pas appel au sens du nombre ni aux compétences visuo-spatiales (qui gênent dyscalculiques et dyspraxiques). Multimalin  fait appel à l’évocation d’images mentales et à la narration : il ne s’agit pas de se représenter les nombres mais d’imaginer et de se raconter une histoire qui permet astucieusement de retenir ses tables. Ainsi, même pour ceux qui sont en guerre contre les mathématiques et la logique, l’apprentissage des tables est possible ! », s’enthousiasme Camille Benoît, spécialisée dans l’accompagnement des enfants et adolescents, ancienne interne et assistante spécialiste des hôpitaux de Paris, sur le site Psyadom.

Une méthode qui a beaucoup d’atouts mais qui n’est pas parfaite

En ce qui me concerne, je fait partie de ceux qui critiquent les illustrations et les vidéos qui mériteraient, selon moi, d’être plus longues. Par ailleurs, le manque de prise en considération de ce que représente une multiplication me gêne.

Pour autant, je reconnais que cette méthode peut aider à mémoriser les tables.

Je l’avoue, il y a une multiplication qui me pose souvent problème : celle décrite, juste en introduction du livret : 7×9. Regarder la vidéo (qui circule sur internet) m’a beaucoup aidée. Je me souviens encore de l’histoire alors que cela fait plusieurs années que j’ai visionné cette séquence !

Demander l’avis des internautes m’a paru nécessaire. D’abord parce que la méthode ne m’a pas séduite à 100 % alors que je n’avais lu jusqu’alors que des commentaires enthousiastes. Ensuite parce que lorsque l’on cherche sur internet des informations Multimalin, on trouve de nombreux articles très positifs de blogueurs et blogueuses qui se disent séduits par la méthode tout en glissant dans leur article un lien affilié (une commission leur revient si les internautes cliquent sur le lien). Ce qui peut faire douter de leur l’objectivité…

Matthieu Protin, que j’ai interrogé début 2019, m’a fait parvenir la méthode et m’a également offert la possibilité de mettre un lien affilié. C’est le lien que vous trouverez dans cette description.

Grâce à lui j’ai pu tester la méthode. Je l’en remercie d’ailleurs. Mais je ne voulais pas écrire un article juste pour glisser un lien (ce n’était pas du tout mon objectif quand j’ai sollicité Matthieu Protin pour une interview). Je voulais écrire un article objectif.

La méthode de Matthieu Protin est commercialisée en version complète (livret, dvd et cartes) mais également en version vidéo en ligne, DVD et jeux de cartes avec accès en vidéos en ligne. L’offre est présentée en détail sur le site de Multimalin.

À noter : il existe d’autres méthodes visuelles qui aident à la mémorisation des tables de multiplication grâce aux images mentales :

  • L’application Mathemagics Multiplication (éditée par la société lyonnaise Slim Cricket) propose des saynètes animées amusantes.
  • Les cartes Timul (éditées par la société gardoise Azawak) offrent deux moyens de retrouver le résultat des tables de multiplication. Les tables de 1 à 5 sont illustrées via des histoires dont les personnages principaux sont des chiffres personnalisés par des animaux. Les tables de 6 à 9 sont illustrées par une méthode qui permet de retrouver le résultat avec l’aide de ses doigts. Un QR code permet d’accéder à des vidéos.

Ces méthodes visuelles peuvent s’avérer efficaces car elles allient :

  • illustrations et animations qui attirent l’œil des enfants,
  • aspect narratif avec des histoires souvent amusantes,
  • émotions :  les enfants sont touchés par les personnages et les problèmes qu’ils rencontrent.

« Ce qui fait que la méthode Multimalin marche ? Le fait qu’elle s’appuie sur le fonctionnement naturel du cerveau ! Ne voir qu’une seule image permet à toutes les images associées de revenir automatiquement », m’a confié Matthieu Protin.

Si les dessins et histoires proposés par Multimalin, Mathemagics ou Timul ne vous plaisent pas. Invitez vos enfants à inventer, dessiner et verbaliser leurs propres histoires, ils ne les retiendront que mieux !

(À noter : Matthieu Protin a décliné sa méthode Multimalin et propose également, sur le même principe, des méthodes adaptées à l’apprentissage de la lecture, de l’orthographe et de la conjugaison).

La méthode Multimalin est citée dans notre dossier « Tables de multiplication : astuces ludiques pour les apprendre et les retenir facilement ». Un dossier de plus de 30 pages disponible sous forme d’ebook téléchargeable gratuitement :
https://6foisplus.com/telechargement-ebook-tables-de-multiplication

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *