Qwirkle

Qwirkle, le jeu au nom imprononçable qui fait travailler la logique !

Nominé du prix du jeu de société As d’Or en 2011, Qwirkle, édité par Iello, est devenu un classique.

Ce jeu d’association de tuiles, qui fait penser à la fois aux dominos et au Scrabble, est un jeu de stratégie et de réflexion qui permet de travailler la logique. 

Le principe est simple : il faut aligner des pièces ayant des symboles de formes ou de couleurs identiques, de façon à réaliser des combinaisons qui rapportent le plus de points (ou bien qui n’ouvrent pas la porte à des combinaisons gagnantes pour les adversaires).

Pour compléter une ligne il faut ainsi :
– des tuiles ayant la même forme mais de couleurs différentes,
– ou bien des tuiles de formes différentes mais de même couleur.

Chaque joueur commence en piochant six tuiles au hasard, qu’il ne montrer pas à ses adversaires. Lors de son tour, il peut poser autant de tuiles qu’il veut dans une ligne (une, deux, trois ou même six tuiles d’un coup). Après avoir poser ses pièces, il en pioche à nouveau pour toujours avoir six tuiles.

A chaque coup, le joueur marque autant de points qu’il y a de tuiles dans la ligne (par exemple, s’il joue la 3e et la 4e tuile dans une ligne, il marque quatre points).

Une ligne de six tuiles est appelée un Qwirkle. Compléter une ligne pour obtenir une suite de six tuiles rapporte six points plus un bonus supplémentaire de 6 points ! Et lorsqu’une pièce complète deux lignes (une horizontale et une verticale), les points sont à compter dans les deux sens. Il faut donc réfléchir avant de jouer ! D’autant qu’il ne serait pas très heureux de poser une pièce qui permettra ensuite à l’adversaire dont c’est le tour de faire un Qwirkle !

Lors de la partie, il faut se munir d’une feuille de papier et d’un crayon afin de noter les points acquis. Celui qui a le plus de points à la fin de la partie gagne.

D’un point de vue mathématiques, Qwirkle permet d’organiser une suite logique. Il faut prendre en compte les similitudes et différences et les propriétés des pièces, par exemple. Il fait travailler, en outre, l’observation, la prise en compte de plusieurs critères et le développement de la déduction.

Bien sûr, le comptage des pions, en fin de partie, nécessite, en outre, de faire des additions !

À noter : ce jeu existe aussi en Qwirkle version voyage chez Iello ainsi qu’en petite boîte métallique avec des pièces en cartons chez Schmidt Spiele, un éditeur allemand. Ces versions sont moins onéreuses que la version classique si vous ne souhaitez pas trop dépenser.

Iello vend également un set d’accessoires complémentaires avec quatre chevalets en bois, un bloc de feuilles des scores et un crayon gomme Qwirkle. (Les chevalets sont fournis dans la boîte métallique commercialisée par Schmidt Spiele).

Ce que nous aimons :

  • Une règle simple mais un jeu qui nécessite de réfléchir pour bien jouer,
  • Des pièces en bois de bonne qualité dans sa version classique (le bois est issu de forêts gérées de façon responsable),
  • Un jeu intergénérationnel qui peut se jouer à partir de 6 ans.

Ce que nous aimons moins :

  • la nécessité d’une certaine rigueur pour noter les points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *