L’Awalé : compter, semer, récolter, c’est gagné !


Après avoir évoqué le jeu Shut the box, remontons plus loin dans le temps et changeons de continent.

L’Awalé est un jeu ancien qui appartient à la famille des jeux dits de « semailles » de type « compter et capturer » dans lesquels on distribue (on sème) des graines dans des coupelles ou des trous, parfois creusés à même le sol, afin de pouvoir les récolter.

Populaire en Afrique, joué au Moyen-Orient, dans certains pays d’Asie et dans les Caraïbes, l’Awalé ou Awelé (ou connu sous d’autres noms encore, selon les régions dans lesquelles on le joue), est un jeu de réflexion basé sur le calcul dont l’objectif est de récolter le maximum de graines.

Le jeu, souvent en bois, est composé de deux rangées de six trous parallèles. Chaque joueur est placé face à son « camp » de six cases.

48 graines sont à répartir et récupérer. Au début du jeu, chaque case contient quatre graines.

Comme dans le cas de nombreux jeux traditionnels, il existe des règles différentes selon le pays ou même la région dans lequel on pratique le jeu. Ici sera décrite la variante la plus courante de Côte d’Ivoire (selon nos sources sur internet).

Chaque joueur joue à tour de rôle.

Chacun son tour, un joueur prend le tas de graines de l’une de ses six cases et les distribue une à une dans les alvéoles suivantes (une graine par case, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre).

Lorsque la dernière graine d’une prise est déposée dans une case de l’adversaire contenant 1 ou 2 graines (qui en contiendra donc, après dépôt, 2 ou 3), l’ensemble des graines de cette case est récupéré. Le trou est laissé vide.

Attention : si, lors d’une capture, la case précédente contient également deux ou trois graines, elle sont récoltées aussi, et ainsi de suite.

Si un « semi » est suffisamment important pour faire un tour complet, la case de départ de ce tour est sautée.

Un joueur n’a pas le droit de jouer un coup s’il a pour conséquence de rendre vides toutes le cases de son adversaire.

Le jeu se termine lorsqu’il n’est plus possible de jouer. S’il reste des graines, elles sont partagées entre les deux adversaires.

Le joueur qui possède le plus de graines a gagné la partie.

Ainsi, l’Awalé mêle calcul et stratégie car il ne suffit pas de jouer au hasard pour gagner ! Il faut prévoir quelle case vider pour récolter le maximum de graines. 

Chaque joueur doit anticiper ses coups en calculant de combien de graines seront composées chaque alvéoles au moment où il déposera ses semis. 

Savoir additionner s’impose. Pour gagner, il faut sans cesse compter les pions dans son camp et dans celui de l’adversaire, et calculer le nombre de pions nécessaires pour récupérer le plus de graines possible dans les alvéoles de l’adversaire.

Et si on jouait ?

Bien sûr, ce type de jeu est disponible dans le commerce. Souvent en bois, les Awalés sont de beaux objets qu’on aimera manipuler.

Mais, vous l’aurez noté : le jeu est constitué de deux rangées de six cases disposées face à face. Il suffit donc d’une boîte de douze œufs pour fabriquer son propre jeu d’Awalé !  Vous pouvez l’utiliser brute ou la décorer, ce qui fera une belle activité manuelle à réaliser en famille ! Il faut également réunir 48 graines (haricots blancs, haricots coco, haricots rouges, pois chiche, etc.) ou petits objets qu’il faudra répartir dans chacune des alvéoles.

Si vous n’avez pas de boîtes d’œufs, disposez deux rangées de petites coupelles, et le tour est joué !

Les règles du jeu en vidéo
via le site http://videoregles.net/videoregle/awale-awele

Ce que nous aimons

  • un jeu traditionnel qui, avec des règles simples, fait travailler les méninges !
  • un jeu que l’on peut fabriquer à la maison juste avec une boîte vide de 12 œufs
  • un jeu qui fait voyager avec son nom et son histoire !

À noter : la photo en Une a été prise au Musée africain de Lyon. Elle est sous licence Creative Commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *